La production de l’ovocyte, étape clé de l’ovulation

Les ovocytes, cellules responsables de la reproduction féminine, sont les gamètes femelles produits à chaque cycle par menstruel par les ovaires, et ce dès la puberté.

Chaque femme voit son corps fabriquer, dès la vie intra-utérine, des ovocytes qui formeront sa réserve de cellules fécondables au cours de période fertile. Ces ovocytes sont 1 million à la naissance, 300 000 à la puberté et plus que 25 000 à 35 ans.

Il s’agit donc là d’une étape-clé de l’ovulation : les ovocytes parvenus à maturation deviennent des ovules prêts à être fécondés par un spermatozoïde, pour alors mener à l’embryon qui rejoint l’utérus pour grandir… et parvenir à un joli bébé neuf mois plus tard 💕 ! 

Comment sont produits les ovocytes ?

Les ovocytes sont produits par les ovaires, où ils restent nichés jusqu’à maturité. De quelle manière ? Tous les mois, au cours de l’ovulation, l’ovaire produit des follicules, qui contiennent les ovocytes. Chaque mois, ce sont environ 600 ovocytes qui entament leur croissance. Celle-ci dure deux mois et demi. À la fin, il ne reste qu’un seul ovocyte 💪. 

C’est ainsi qu’à chaque cycle, qui dure en moyenne 28 jours, un ovaire produit un seul ovocyte, qui peut être fécondé : il reste dans les trompes de Fallope durant 12 à 24 heures, ce qui signifie que le temps imparti pour créer un embryon est court. Le cas échéant, il est expulsé du corps.

Les ovaires commencent très tôt la fabrication des ovocytes : lors de la gestation ! Puis cela continue tout au long de l’enfance. Ainsi chaque femme, à partir de la puberté, en âge et condition physique de procréer, dispose d’un capital d’ovocytes donné. On désigne ce processus par le terme « ovogénèse ».

Ovogénèse et stock d’ovocytes : une réserve qui se constitue tôt

Savez-vous ce qu’est l’ovogénèse ? Ce processus est scientifiquement complexe. Si l’on résume, on obtient dans un premier temps des ovocytes à la douzième semaine d’aménorrhée. Car c’est déjà dans le ventre de sa maman que le bébé qui deviendra femme commence à produire des ovocytes ! Chaque femme “se voit attribuer” dès la naissance un nombre prédéfini de follicules ovariens. Cela constitue ce que l’on appelle sa réserve ovarienne. Au cours d’une vie, entre 300 et 400 follicules mèneront à une ovulation.

Pendant la gestation et les premières années de vie, les ovocytes ont 23 chromosomes, et c’est au moment de la fécondation, au cours d’une division cellulaire, que ce nombre se porte à 46, formant le fameux ADN, c’est-à-dire la carte d’identité génétique de l’être humain à venir 🧐.

Que devient l’ovocyte lorsqu’il y a fécondation ?

L’ovocyte mature (ovocyte II) qui est resté dans les trompes de Fallope durant 12 à 24 heures a bien été fécondé par un spermatozoïde : il obtient le sésame, et part s’installer dans l’utérus, où la nidation va commencer. Durant trois mois, jusqu’à ce que la grossesse soit bel et bien installée, l’embryon va se développer et s’accrocher à la paroi utérine.

Ponctionner des ovocytes en vue d’une FIV

Lorsqu’un couple a du mal à faire un bébé, il a recours à une FIV : fécondation in vitro. Autrement dit, il s’agit d’une technique de laboratoire permettant un transfert d’embryon, l’ovule étant fécondé par le spermatozoïde en dehors de l’utérus.

Pour ce faire, la femme doit subir une ponction d’ovocytes. D’abord, une stimulation ovarienne à base d’hormones. Puis elle se soumet à une intervention, durant laquelle le médecin, pour récolter les ovocytes matures, se sert d’une aiguille de ponction qu’il introduit dans le col de l’utérus en se guidant via l’appareil d’échographie. Parmi les ovocytes ainsi obtenus, l’embryologiste isole ceux qui sont bien parvenus à maturité et procède à la fécondation pour obtenir des embryons qui pourront ensuite être introduits dans l’utérus de la femme.

Le don d’ovocyte en question

Il est possible pour une femme fertile de procéder à un don d’ovocytes 🤗. Ceux qui pourront en bénéficier sont : 

  • Des couples qui ne parviennent pas à procréer et qui ont essuyé l’échec de plusieurs tentatives de FIV
  • Des femmes préménopausées, en incapacité d’ovuler (souvent à cause d’un traitement agressif pour l’organisme, par exemple dans le cas d’un cancer)
  • Des femmes qui, à cause d’un problème génétique, présentent un risque élevé de transmettre une maladie à leur bébé. 

Une loi a été promulguée en ce sens le 29 juillet 1994, stipulant que les dons d’ovocytes ne peuvent concerner que les femmes en parfaite santé de 18 à 37 ans, et que ces dons sont bien entendu anonymes.

À noter que les donneuses ont accès à leurs propres ovocytes prélevés si elles viennent à en avoir besoin. En effet, les ovocytes prélevés sont soit utilisés immédiatement, soit congelés.

Ce don d’ovocytes n’est pas un acte anodin. Il se déroule en CHU, dans un environnement médical strict. La donneuse, qui suit le même protocole médical que la femme qui se fait ponctionner ses propres ovocytes pour une FIV, doit signer un formulaire de consentement, se rendre à une consultation médicale, effectuer une analyse de sang pour prévenir toute anomalie, et s’entretenir avec un psychologue pour bien confirmer sa démarche et le sens de celle-ci. Ensuite, elle voit ses ovaires stimulés durant dix jours via un traitement à base d’hormones, puis se rend à l’hôpital pour 24 heures pour se voir extraire les ovocytes, sous anesthésie générale ou locale.

Cellule sexuelle féminine, l’ovocyte est la source de naissance de l’ovule. Chaque femme a comme nous l’avons évoqué une réserve d’ovocytes qui s’amoindrit au fur et à mesure qu’elle vieillit. Cela ne veut pas dire qu’il faut se dépêcher de faire des bébés, mais il est important d’en avoir conscience dans son projet de vie 😊.