Mes règles sont en retard ! Les différentes causes possibles

Généralement, les règles surviennent chaque mois à date fixe. Cependant, toutes les femmes ne sont pas des horloges, et la régularité des cycles peut varier de l’une à l’autre. Les règles peuvent parfois tarder à se déclencher, et alors, on s’inquiète… Si la première question qui nous vient à l’esprit est « « Suis-je enceinte ? » - prononcée avec joie ou panique selon les situations. 😱, il existe d’autres facteurs qui ont pour conséquence un retard de règles.

Blooming fait le point.


Quand peut-on parler de retard de règles ?

Il est opportun de rappeler qu’une femme n’est pas un robot. Le corps a ses raisons… La durée des cycles peut varier d’une femme à l’autre. Si un cycle correspond communément à vingt-huit jours, certaines femmes peuvent avoir des cycles de vingt-quatre ou de trente-deux jours. D’autres peuvent avoir des cycles irréguliers. Il n’est donc pas possible pour toutes d’évaluer précisément la survenue de leurs règles. C'est alors moins facile d'anticiper mais heureusement la culotte menstruelle aide à gagner en confort !

Si l’on prend une donnée « repère », disons que chez une femme dont les cycles sont réguliers, on parle de retard de règles à partir de trois à cinq jours après la date présumée de la survenue de celles-ci.


Suis-je enceinte ?

Un petit rappel de sciences naturelles ? Chaque mois, les règles surviennent : un flot de sang plus ou moins abondant s’écoule de notre corps pendant une durée variant communément de trois à sept jours. Pourquoi ? L’ovule produit lors de l’ovulation n’ayant pas été fécondé se dissout, ce qui provoque le détachement puis l’écoulement de la couche superficielle de la paroi utérine gorgée de sang. À l’inverse, si l’ovule a été fécondé, le cycle est interrompu, donc les règles ne surviennent pas. Pour en avoir le cœur net, il est conseillé de faire un test de grossesse urinaire.

Ce test détecte la présence de la béta-HCG, l’hormone de grossesse, dans les urines. Il est possible de l’effectuer le jour même de la date présumée des règles si celles-ci ne surviennent pas, même si les médecins conseillent d’attendre quatre jours de retard. Si le retard de règles persiste, il est conseillé de procéder à une prise de sang.


Quand l’ovulation fait des caprices

Quand on constate un retard de règles, ce n’est pas forcément qu’on est enceinte. À différents moments de la vie, le corps peut ovuler de façon quelque peu capricieuse, voire ne pas ovuler, avec pour conséquence l’absence ou le retard de règles. 🤔

    • Si vous êtes adolescente, armez-vous de patience : votre corps peut mettre un certain temps, plus d’un an parfois, pour se réguler et trouver son rythme de croisière !
    • La survenue de règles abondantes plusieurs jours après la date présumée des règles peut correspondre à une fausse couche très précoce.
    • Il est possible que parfois, on ovule en retard, donc les règles sont forcément décalées… Voire que survienne un cycle anovulatoire, c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’ovulation - cela se passe essentiellement à la puberté ou en période de ménopause.
    • Les règles peuvent mettre du temps à revenir après un accouchement, jusqu’à deux mois. Patience et pas de panique donc, il faut laisser le temps nécessaire à son corps pour se remettre.
    • L’allaitement également empêche l’ovulation.
    • Enfin, aux alentours de la cinquantaine, quand approche l’âge de la ménopause, les variations hormonales inhérentes à cette période charnière de la vie rendent l’ovulation de plus en plus capricieuse, jusqu’à disparaître - la ménopause est avérée lorsque les règles ont totalement disparu depuis un an révolu.

via GIPHY

Changements de vie, variations d’humeur…

D’autres facteurs à aller piocher dans un changement de la vie quotidienne peuvent engendrer un dérèglement hormonal aboutissant à un retard de règles :

  • Arrêt de la pilule contraceptive : parfois le corps peut mettre un certain temps avant de se « remettre en route » naturellement, les ovaires peuvent se trouver un peu rouillés, et ce d’autant plus que les cycles n’étaient déjà pas parfaitement réguliers auparavant. C’est le cas pour l’arrêt de tous les contraceptifs hormonaux.
  • Stress, choc psychologique : si vous vivez à un moment donné des montagnes russes émotionnelles, rupture amoureuse, passage d’un examen, dépression ou déménagement par exemple, cela peut sensiblement altérer le rythme de vos cycles menstruels. Cela s’explique par le fait que le stress fait comprendre au corps que l’on n’est pas prête à accueillir une grossesse, ce qui a pour conséquence d’altérer la production d’hormones.
  • Petit conseil : la pratique d’activité « détente » comme la relaxation, la sophrologie ou la méditation peut sensiblement vous aider à décompresser et rendre à votre corps son rythme de croisière.

  • Troubles alimentaires : si vous perdez ou prenez beaucoup de poids en peu de temps, si votre régime alimentaire présente des déséquilibres, voire des carences, si vous souffrez d’anorexie/boulimie ou obésité, votre cycle menstruel peut s’en retrouver bouleversé, entraînant un retard de règles, voire même un arrêt complet de ces dernières pendant une durée plus ou moins longue.
  • Pratique sportive intensive : le sport, c’est super, mais dans le cas de certaines pratiques extrêmes, le corps se retrouve trop épuisé pour produire les hormones nécessaires à l’ovulation.
  • Changement de mode de vie : si vous voyagez dans un autre fuseau horaire, que vous travaillez en horaires décalés, votre corps peut ne plus comprendre où se situe son rythme biologique. Les hormones déclenchant l’ovulation étant sécrétées la nuit, votre cycle peut s’en trouver perturbé.
  • Maladie : si vous avez un rhume, ou souffrez d’une angine, le corps peut décider de s’atteler à combattre l’infection, délaissant momentanément son rôle de producteur d’hormones. 
  • Prise de certains médicaments, notamment des antidépresseurs.
  • Le retard de règles peut aussi signifier que vous souffrez du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) : il s'agit là d'un trouble hormonal qui, en plus de règles irrégulières, provoque parfois de l'acné, de l'hirsutisme, voire du diabète.
  • Vous l’aurez compris, notre corps n’est pas une machine bien huilée que l’on peut programmer à l’envi, mais un ensemble vivant délicat dépendant énormément de la bonne production d’hormone ! 

    Même si des troubles indépendants de notre volonté peuvent venir perturber nos cycles menstruels, force est de constater que plus on écoutera, bichonnera et respectera notre corps, mieux il fonctionnera ! 😇 Dans tous les cas, si vos règles ne surviennent plus pendant plus de trois mois, il est conseillé de consulter un médecin.