Pertes blanches : qu'est-ce que c'est ? Faut-il s'inquiéter ?

En tant que femme, il est nécessaire d’observer son corps et les signaux qu’il nous envoie. Une observation quotidienne permet de mieux le comprendre, mais aussi d’agir pour notre santé. Dans ce guide, Blooming vous propose d’en savoir plus sur un phénomène touchant toutes les femmes, mais qui suscite chez chacune d’entre nous des interrogations : la leucorrhée, aussi connue sous le nom de perte blanche. Que sont les pertes vaginales ? Comment les interpréter et quand faut-il s’inquiéter ? Votre marque de culottes menstruelles préférée répond à toutes vos questions.

Perte blanche : un phénomène naturel engendré par l’organisme

Bonne nouvelle : le phénomène de perte blanche est parfaitement naturel, il ne doit pas vous inquiéter. Le rôle des leucorrhées consiste à protéger la flore vaginale, qui constitue un écosystème complexe. Celui-ci doit être préservé des microbes et des mauvaises bactéries, pouvant être à l’origine d’une infection vaginale.

La production des pertes blanches évolue en fonction de la balance hormonale. Au cours du cycle, il est possible d’observer des pertes plus ou moins abondantes, fluides ou épaisses. Néanmoins, celles-ci ont toujours le même aspect : celui d’un blanc d’œuf cru. Ces sécrétions vaginales sont transparentes ou blanches, inodores et parfaitement indolores.

Les pertes blanches permettent l’auto-nettoyage du vagin

Le vagin est un environnement complexe. Celui-ci se compose de cellules qui, comme celles de la peau, ont pour caractéristique de se renouveler régulièrement. Il est donc nécessaire d’évacuer les cellules mortes, afin d’assurer le bon fonctionnement du vagin et préserver la flore vaginale.

Ce sont les pertes blanches qui assurent l’élimination de ces cellules mortes. En outre, le phénomène de perte blanche permet également d’éliminer les éventuels germes nocifs, pouvant provoquer une infection vaginale.

via GIPHY

Les pertes vaginales sont synonymes de bonne santé reproductive

Si les leucorrhées sont indispensables, elles témoignent aussi du bon fonctionnement de l’appareil reproducteur. En effet, les pertes vaginales préparent le vagin à accueillir un embryon, en le débarrassant des cellules mortes et des mauvaises bactéries. En d’autres termes, le phénomène de perte blanche est un indicateur de bonne santé et ne doit pas vous inquiéter.

Les pertes blanches hydratent le vagin et le lubrifiant

Enfin, les leucorrhées ont pour mission de garder le vagin hydraté. C’est essentiel, pour favoriser le bon développement de la flore vaginale. En outre, les pertes blanches permettent également la lubrification.

De quoi se composent les pertes blanches ?

Comme nous l’avons vu précédemment, les pertes blanches transportent les cellules mortes du vagin, ainsi que les germes et les mauvaises bactéries. Les leucorrhées se composent aussi et surtout de glaire cervicale, en provenance du col de l’utérus. La glaire cervicale est une substance transparente, ayant pour but d’aider les spermatozoïdes à atteindre l’ovule. En revanche, à la fin de l’ovulation, la glaire cervicale forme un bouchon au niveau de l’utérus, empêchant les spermatozoïdes d’y accéder.

Quand ont lieu ces sécrétions vaginales ?

Les pertes blanches peuvent être observées avant les premières menstruations, et jusqu’à la ménopause. En outre, elles évoluent au fil du cycle et des divers événements qui rythment la vie d’une femme.

Les pertes blanches avant les premières règles

Le phénomène de perte blanche est annonciateur des premières règles. En effet, elles peuvent être observées quelques mois avant la venue des menstruations. Elles permettent donc de se préparer à ce grand bouleversement, d’où l’importance de sensibiliser les jeunes filles à l’observation de leur corps.

Les pertes blanches pendant la grossesse

Au cours de la grossesse, le phénomène de perte blanche s’intensifie en raison des changements hormonaux. On constate alors des leucorrhées très abondantes, de couleur blanchâtre. Leur texture peut également changer : elles sont tantôt grumeleuses, tantôt glaireuses.

Les pertes blanches pendant le cycle menstruel

Avant les règles, il est possible d’observer un épaississement des leucorrhées. En outre, celles-ci peuvent changer de couleur et devenir légèrement jaunes. Au moment de l’ovulation, les pertes vaginales prennent une tout autre forme : elles sont totalement transparentes, plus fluides et aussi plus abondantes. L’aspect des pertes blanches évolue en fonction des changements hormonaux. À moins qu’elles ne soient accompagnées d’autres symptômes inquiétants, inutile de vous alarmer.

Leucorrhées anormales : quand faut-il s’inquiéter ?

Le phénomène de perte blanche est normal, lorsque les leucorrhées sont blanches ou transparentes, similaires à du blanc d’œuf cru. En revanche, vous devez consulter rapidement un gynécologue si les pertes vaginales s’accompagnent :

  • de démangeaisons,
  • d’une odeur désagréable,
  • de sensations de brûlure,
  • de fièvre,
  • d’une texture collante et épaisse.

Ces pertes blanches anormales peuvent vous mettre sur la piste d’un déséquilibre de la flore vaginale occasionnant une infection ou une mycose, mais aussi d’une infection sexuellement transmissible à trichomonas vaginalis. Dans ce cas, il est nécessaire de consulter rapidement un gynécologue.

Pertes vaginales : comment bien les vivre au quotidien ?

C’est un fait : les pertes blanches humidifient nos sous-vêtements et occasionnent un certain inconfort. Dans ce cas, nous recommandons l’utilisation de protège-slip, et même des culottes menstruelles Blooming, lorsque les pertes blanches sont plus abondantes (pendant la grossesse par exemple, ou lors de l’ovulation). Grâce à une protection adaptée, vivez plus sereinement vos pertes blanches au quotidien !