Règles peu abondantes : quelles en sont les raisons ?

En matière de menstruations, chaque femme est unique. De plus, au cours d’une vie, il est possible de rencontrer des troubles des règles divers et variés. Le plus connu est l’aménorrhée, c’est-à-dire l’absence de règles, pouvant être causée par une grossesse, mais aussi par une maladie génétique, le stress ou un choc psychologique.

Dans cet article, Blooming vous propose d’en savoir plus sur un autre phénomène : les règles peu abondantes, aussi appelées oligoménorrhées. Quelles sont les causes de ce trouble ? Comment le traiter ? 🤔 Explications ?

 

Culottes Ado Collection Super Flux et Nuit Culottes pour flux moyen Collection Bain

 

 

Règles peu abondantes : le phénomène d’oligoménorrhée

La perte de sang pendant les menstruations est estimée à 40 millilitres en moyenne, même si elle peut atteindre les 80 millilitres chez les femmes ayant des règles abondantes. Il est difficile, voire impossible, d’estimer la quantité exacte de sang perdue lors des menstruations. Néanmoins, il est plutôt aisé de définir si cette quantité est normale, excessive ou peu abondante.

Si vous manquez d’occasion de porter vos culottes menstruelles, vous souffrez peut-être de règles peu abondantes. Le phénomène s’appelle l’oligoménorrhée. Il s’agit d’une irrégularité du cycle menstruel, à l’instar de l’aménorrhée (l’absence de règles) ou de la dysménorrhée (les douleurs pendant les règles).

Généralement, les règles peu abondantes durent plus longtemps que les menstruations classiques (entre 3 et 5 jours). En outre, l’oligoménorrhée se définit par une longue période entre les règles. Le cycle dure alors entre 30 et 35 jours.

Attention : l’oligoménorrhée ne doit pas être confondue avec un autre phénomène, le spotting. Celui-ci désigne des saignements vaginaux en dehors des règles. Ils sont plus foncés et peu abondants. Le spotting est le symptôme d’un dérèglement hormonal généralement causé par le stress, le jet-lag ou le changement de contraception.

Les règles peu abondantes peuvent être d’origines diverses. Dans certains cas, ce phénomène est parfaitement normal. En revanche, certaines situations doivent faire l’objet d’une consultation médicale.

L’oligoménorrhée est normale chez les jeunes femmes

Les premières règles sont un véritable bouleversement pour l’organisme, qui doit alors s’adapter et trouver un nouveau rythme. Aussi, la régularisation du cycle menstruel peut prendre du temps. Au cours de cette période d’ajustement, les jeunes femmes peuvent connaître des périodes de règles peu abondantes, entrecoupées par d’autres troubles menstruels qui sont alors parfaitement normaux .

C’est une période de changement hormonal ! Dans ce genre de situation, l’oligoménorrhée n’a rien d’inquiétant. En revanche, d’autres situations doivent faire l’objet d’une consultation gynécologique.

D’autres causes peuvent expliquer les règles peu abondantes

Si les règles peu abondantes sont normales après les premières menstruations, chez la femme adulte, elles peuvent être associées à des maladies ou être causées par des facteurs environnementaux. Aussi, il est recommandé de consulter votre gynécologue en cas de doute.

La prise de la pilule contraceptive

Dans la majorité des cas, les règles peu abondantes peuvent s’expliquer par la prise de la pilule contraceptive. En effet, cette méthode de contraception a pour effet de stopper l’ovulation, et donc les menstruations. Les pertes de sang observées sont appelées « saignements de privation » 🩸et ne sont pas de véritables menstruations, au sens propre du terme. Au fil des années, ces saignements de privation sont de moins en moins abondants et peuvent même devenir imperceptibles.

Les troubles alimentaires

Le savez-vous ? 90% des femmes souffrant d’anorexie n’ont pas leurs règles. En effet, les troubles du comportement alimentaire ont une action directe sur la fonction ovarienne. En raison d’une baisse des hormones liée à une sous-alimentation, celle-ci n’est pas suffisamment stimulée. De ce fait, des troubles des règles sont observés, et notamment l’oligoménorrhée.

Le sport à haute intensité

Si le sport permet de soulager les douleurs menstruelles, il peut toutefois engendrer des règles peu abondantes lorsqu’il est pratiqué à haute intensité. En effet, une activité physique intense répétée peut engendrer des troubles hormonaux.

La prise de certains médicaments

L’oligoménorrhée peut aussi être d’origine médicamenteuse. Les femmes suivant un traitement antipsychotique et antiépileptique sont nombreuses à constater ce phénomène.

Certaines maladies

Il est possible d’associer les maladies suivantes à des menstruations peu abondantes :

  • le diabète,
  • les ovaires polykystiques,
  • les dysfonctionnements de la thyroïde.

Oligoménorrhée : quand faut-il consulter ?

L’oligoménorrhée doit faire l’objet d’une consultation gynécologique lorsque ce phénomène est soudain . D’ailleurs, n’importe quelle modification de votre cycle menstruel doit vous alerter et vous pousser à consulter un professionnel de santé. En revanche, lorsque les menstruations peu abondantes sont le symptôme d’une maladie, il est essentiel d’en traiter d’abord la cause.