Symptômes avant les règles : syndrome prémenstruel, on fait le point

Pour qualifier les divers symptômes désagréables dont peuvent souffrir certaines femmes avant l’arrivée de leurs règles, on parle de syndrome prémenstruel. Ces symptômes sont tant physiques qu’émotionnels. Leur intensité varie d’une femme à l’autre. Comment s’expliquent-ils ? Peut-on les soulager efficacement ? 

Parce que chez Blooming, nous avons à coeur de vous aider à vivre vos règles le plus sereinement possible, nous vous proposons des culottes menstruelles en coton, en dentelle, taille haute, etc. Mais aussi des conseils et des explications pour vous guider à travers toutes les étapes de votre cycle.

Le syndrome prémenstruel : on récapitule

Très souvent, l’arrivée des règles est annoncée en fanfare quelques jours avant par divers symptômes physiques et émotionnels pas toujours très agréables, voire carrément gênants et douloureux. 😫 

Ces symptômes surviennent entre deux et sept jours avant les règles, et prennent fin à l’arrivée de celle-ci, ou peu après. On parle alors de syndrome prémenstruel. Selon les statistiques, ce syndrome touche 75% des femmes (selon la clinique américaine Mayo), d’une façon plus ou moins intense : 20 à 30 % d’entre elles « seulement » souffrent de symptômes suffisamment intenses pour que cela trouble conséquemment le rythme de leur vie quotidienne.

La science tâtonne encore quant aux causes exactes de la cause des symptômes de règles, autrement dit le syndrome prémenstruel, mais l’hypothèse la plus plausible se situerait au niveau des hormones. Ce seraient d’importantes fluctuations hormonales qui, perçues tant par le corps que par le cerveau, en troubleraient le fonctionnement habituel. Développons un peu 🧐 : durant tout le cycle menstruel, le corps a travaillé à l’éventuel accueil d’un embryon. Au cours du cycle, le taux d’œstrogènes augmente considérablement tandis que celui de progestérone diminue. Si l’on ajoute à cela les fluctuations de la sérotonine, substance chimique présente dans le cerveau, le cocktail peut s’avérer explosif… et les réactions du corps et de l’esprit plus ou moins intempestives !

Quels sont les symptômes du syndrome prémenstruel ?


Pas moins d’une centaine de symptômes survenant avant l’arrivée des règles sont recensés 😱. On retiendra parmi les principaux : 

Symptômes physiques : fatigue, seins et bas-ventre gonflés et douloureux, maux de tête, nausées, prise de poids, acné, rétention d’eau et donc jambes lourdes…. La liste est longue et varie d’un cycle à un autre, d’une femme à une autre. Si certaines souffrent peu, voire pas du tout, de ces symptômes, d’autres les accusent avec tant d’intensité qu’elles ne peuvent pendant quelques jours pas sortir de chez elle, voire de leur lit. 
  • Symptômes psychologiques : vous savez, cette phrase mythique, « T’as tes ragnagnas ou quoi ? », prononcée comme une blague pour vous tacler quand vous agissez de façon impatiente, agacée ? Elle tire sa source du fait qu’en effet, à l’arrivée des règles, il est possible de souffrir de sautes d’humeur : irritabilité, anxiété, voire dépression. Cela peut même parfois aller jusqu’à des pulsions suicidaires. Dans certains cas sévères de ce genre de symptômes de règles, on parle de trouble dysphorique prémenstruel. Cela relève alors de la psychiatrie et il ne faut alors pas hésiter à consulter et se faire sérieusement aider.



  • via GIPHY

     

    À noter qu’à l’approche de la ménopause, certaines femmes voient les symptômes de leurs règles se déclarer de plus en plus tôt. Jusqu’à ne plus disparaître. Et pour ne pas arranger les choses, ils ont tendance à s’intensifier… 😓

    Peut-on efficacement soulager les symptômes ?


    Si certaines femmes vivent le cycle de leurs cycles 😛 sereinement, d’autres souffrent terriblement, et voient leur vie quotidienne bouleversée par les symptômes dus à l’arrivée des règles. Comme nous l’avons évoqué, l’origine du syndrome prémenstruel conserve une partie de mystère. Toutefois il est possible de le soulager de diverses manières, avec plus ou moins d’efficacité selon les femmes. Et ce, d’une part en changeant son mode de vie, d’autre part en ayant recours à certains traitements.
  • Changement du mode de vie : diminuer pendant les règles sa consommation de sucre, thé, café, sel, alcool et tabac permet, à défaut de calmer certains symptômes, de ne pas les exacerber (on pense surtout aux maux de tête, à la fatigue et aux nausées). À l’inverse, il est conseillé de consommer beaucoup de légumes verts, fruits secs, poissons et céréales complètes. Par ailleurs, une activité physique douce, comme le yoga ou la natation, peut clairement atténuer les symptômes des règles, notamment apaiser les sautes d’humeurs en tous genres.
  • Traitements : quand les symptômes des règles se traduisent par des douleurs parfois insupportables, dans le bas-ventre par exemple, votre médecin sera sage de vous prescrire des antidouleurs.

  • Parfois aussi, il est avéré que seule la prise d’un moyen contraceptif enraye ces symptômes physiques insupportables, en stabilisant les fluctuations hormonales.

  • Également, l’on peut se tourner vers les médecines douces : homéopathie, phytothérapie (l’huile d’onagre, très riche en Oméga-6, est vivement recommandée par les gynécologues), naturopathie, aromathérapie (les huiles essentielles de lavande, de camomille romaine, et surtout de sauge sclarée détendent et apaisent efficacement).

  • Enfin, il ne faut pas négliger les carences : manquer de magnésium, de calcium, de zinc ou de vitamine B6, entre autres, peut exacerber certains symptômes de règles, par conséquent des cures en complément, saisonnières par exemple, seront les bienvenues.
  •  
  • Malheureusement, toutes les femmes ne sont pas égales face au syndrome prémenstruel, et l’intensité des symptômes de règles peut varier. Quand certaines ne souffrent d’aucun symptôme (à part peut-être un petit bouton sur le menton), d’autres se retrouvent au fond du seau 😬. C’est l’histoire de la vie, le cycle éternel…