Syndrome prémenstruel ou grossesse : comment les différencier ?

La vie est ainsi faite que les symptômes du syndrome prémenstruel, également appelé SPM, ressemblent à s’y méprendre à ceux d’un début de grossesse. À savoir des symptômes physiques tels que : fatigue, seins et bas-ventre gonflés et douloureux, maux de tête, nausées, prise de poids, acné, rétention d’eau et donc jambes lourdes…. Côté psychologique, citons des sautes d’humeur plus ou moins prononcées. 

Comment les différencier ? Comment savoir si ce que je ressens à un moment donné de mon cycle menstruel correspond à l’arrivée imminente de mes règles ou à un heureux évènement à venir, donc à un retard de règle menant à une absence de règles avérée pendant un certain temps ?


Blooming, le spécialiste des culottes menstruelles pour tous les âges, a décortiqué la question pour vous.


Surveiller le rythme de son cycle menstruel


Un indicateur précieux va être le moment auquel vous ressentez ces symptômes, en tout ou partie.

En effet, les symptômes du SPM surviennent entre deux et sept jours avant la date présumée des règles.  Les symptômes de la grossesse vont quant à eux survenir en général à partir de quatre à six semaines de grossesse à partir de la date de conception. Donc un retard de règles aura déjà été constaté.


Des causes hormonales différentes


Pourquoi ressentons-nous de tels symptômes ? Tout d’abord, il est normal que notre corps nous parle… et que nous l’écoutions ! À défaut de mots, son langage ce sont des symptômes censés nous mettre clairement la puce à l’oreille sur quelque chose qui se passe à l’intérieur de lui. Le champ lexical préféré de notre corps, on vous le donne en mille, ce sont… les variations hormonales ! Développons.


Du côté du SPM, que se passe-t-il ? Au cours du cycle, le taux d’œstrogènes augmente considérablement tandis que celui de progestérone diminue. Si l’on ajoute à cela les fluctuations de la sérotonine, substance chimique présente dans le cerveau, le cocktail peut s’avérer explosif… et les réactions du corps et de l’esprit plus ou moins intempestives !


Et du côté de la grossesse qui démarre ? Un test urinaire détectera la présence de la béta-HCG, l’hormone de grossesse, dans les urines. Il est possible de l’effectuer le jour même de la date présumée des règles si celles-ci ne surviennent pas, même si les médecins conseillent d’attendre quatre jours de retard. Si le retard de règles persiste, il est conseillé de procéder à une prise de sang.


Comment soulager les symptômes du SPM ?


Quand une femme se retrouve « victime » d’un SPM qui lui gâche plus ou moins l’existence, elle peut se tourner vers différentes solutions pour soulager son quotidien devenu trop lourd à vivre. Comment ? D’une part en changeant son mode de vie, d’autre part en ayant recours à certains traitements.


  • Changement du mode de vie : diminuer pendant les règles sa consommation de sucre, thé, café, sel, alcool et tabac, consommer beaucoup de légumes verts, fruits secs, poissons et céréales complètes, pratiquer activité physique douce, comme le yoga ou la natation.

 

  • Prise d’antidouleurs en cas de douleurs violentes dans le bas-ventre (sur prescription médicale).
     
  • Prise d’un moyen contraceptif permettant de stabiliser les fluctuations hormonales.

  • Médecines douces : il est opportun de se tourner vers les vertus offertes par l’homéopathie, la phytothérapie, la naturopathie, ou l’aromathérapie.
      

À noter que ces symptômes peuvent parfois aller jusqu’à des pulsions suicidaires. En effet, dans certains cas sévères de SPM, on parle de trouble dysphorique prémenstruel. Cela relève alors de la psychiatrie et il ne faut alors pas hésiter à consulter et se faire sérieusement aider.


Peut-on soulager les symptômes de la grossesse ?


L’appréhension des symptômes de la grossesse va consister non pas à les combattre, car il se passe des choses fabuleuses dans notre corps de future maman et il faut laisser la nature « faire son job », mais à les alléger en adaptant son quotidien afin de faire un moment heureux de cette période annonciatrice d’un si bel événement.


via GIPHY


Par exemple : 

  • Alimentation : mangez essentiellement des fruits, des légumes, des céréales. Privilégiez les fibres et bannissez le sel. En cas de nausées, ingérez quelque chose avant de vous lever le matin afin d’augmenter le taux de sucre dans le sang, et optez plutôt pour des repas plus nombreux, en plus petites quantités. Buvez beaucoup d’eau.
  • Massez-vous les jambes, les seins, le ventre, afin de faciliter la circulation sanguine.
  • Ne combattez pas la fatigue : reposez-vous ! Faites des siestes si votre corps le demande ! 
  • Privilégiez une activité physique douce, mais fréquente : marchez le plus possible, par exemple.
  • Vos membres sont lourds ? Asseyez-vous et couchez-vous en soulageant votre dos avec un coussin et en surélevant les jambes, portez des bas de contention, optez pour des vêtements amples et en matières douces et naturelles (coton, lin…).

Alors, SPM ou grossesse, à vous de savoir lire les signaux que votre corps vous envoie, et d’adapter votre quotidien en fonction !