Féminin sacré : retrouver sa puissance de femme

Dans les livres, les blogs, sur YouTube ou dans les magazines, vous avez sans doute entendu parler du Féminin Sacré, ce mode de vie spirituel qui vous incite à vous épanouir en renouant avec votre énergie mentale et physique.

Dans ce nouvel article, Blooming vous propose de décrypter ce mode de pensée et ce qu’il peut vous apporter au quotidien. À vos stylos !

Le féminin sacré : contexte et définition

Pour Camille Sfez dans son livre, La puissance du féminin, tous les humains sont "constitués d’une partie masculine et d’une partie féminine » qui incarnent des choses différentes.

Ainsi, l’énergie féminine servirait à nourrir notre intuition et notre inspiration. L’énergie masculine, elle, serait à la source de la matérialisation de nos idées.

C’est en parvenant à associer les deux que chacun serait capable de s’accomplir dans sa vie professionnelle, sociale ou personnelle.

Photo libre de droits de Bekir Dönmez sur Unsplash

Stéphanie Lafranque, l'une des autrices du livre Gardiennes de la lune dit d’ailleurs que le féminin sacré (qu'elle appelle aussi « sauvage ») est "d’abord un travail de reconnexion du corps et de l’esprit. C’est renouer le lien entre notre psyché et nos cellules ». Tout un programme !

Le féminin sacré c’est reprendre conscience du poids de votre environnement pour mieux vous en libérer et vous épanouir. 🙌

Un héritage ancestral

Le féminin sacré part de la même idée que la médecine chinoise en se disant qu’il y a en chacun deux énergies : le yin qui serait une énergie féminine et le yang, une énergie masculine. Selon la médecine chinoise, c’est d’ailleurs sur l’équilibre de ces deux forces que repose la clé de l’harmonie.

Pourquoi n’est-ce pas si simple de vivre en phase avec notre féminin sacré de nos jours ?

Selon Sylvie Lüna Bérubé, une thérapeute psychocorporelle, dans nos sociétés, c’est l’énergie masculine qui est valorisée dans le monde professionnel et social. Plus encore, notre société valorise l’énergie féminine uniquement quand elle est associée à la maternité. Là, les femmes sont encouragées à parler de douceur, d’amour inconditionnel, de création, de tendresse, etc.

Nos sociétés ne reconnaissent pas la pleine valeur du principe féminin. Au contraire, les hommes, les femmes et les personnes non binaires sont invités à étouffer leur féminin sacré. Il ne faut pas être trop « doux », ni trop « créatifs » sous peine d’avoir l’air « déconnecté » : pas assez « pragmatique ».

On invite les individus à s’imposer dans le monde professionnel, à ne pas trop verbaliser leurs émotions et leurs soucis, à aller vite, à être rentable, à entreprendre… À utiliser toute cette part d’énergie masculine au détriment du féminin sacré.

Photo libre de droits de Aziz Acharki sur Unsplash

 

Le problème c’est qu’en faisant cela, les individus se déconnectent avec une partie d’eux même. Emmanuelle, une amie et adepte du féminin sacré m’expliquait cela :

 « Quand j’ai découvert ce concept de féminin sacré, ça a fait tilt parce que j’avais certains blocages que je souhaitais dépasser. Pendant très longtemps j’ai ignoré une partie de moi. Je ne montrais pas mes sentiments, ma tristesse : ce que je considérais être comme des faiblesses. Je faisais attention à ce que je portais pour ne pas être trop sexualisé. Je me brimais. Ça m’a parfois posé des problèmes dans ma vie personnelle. Maintenant j’essaie de laisser à mon énergie féminine la part qui lui revient : je me concentre sur moi et ce que je veux. Je ne pense pas que tout le monde a besoin de voir les choses de cette façon ou de se rééquilibrer, mais moi, ça m’a fait du bien. »

Comment renouer avec son féminin sacré ?

L’idée, c’est de se libérer de nos contraintes en acceptant totalement qui on est. Être un individu libre de s’habiller comme il le souhaite, d’assumer qui il est : ses goûts, ses désirs et ses envies.

Des principes de vie qui peuvent vous accompagner au quotidien

Le féminin sacré est une démarche spirituelle, voici quelques principes qui peuvent vous aider à vous lancer dans cette voie.

  • Tout d’abord, il faut apprendre à se faire confiance. Pour quelles raisons n’avez-vous pas mis cette tenue qui vous plaisait ? Pourquoi n’avez-vous pas tenté ce concours ? Reconnaissez vos qualités et vos faiblesses et n’acceptez aucune relation où il n’y a pas un rapport d’égal à égal.
  • Découvrez quelles sont vos envies et placez-les au centre de votre vie. Que voulez-vous faire ? Qu’aimez-vous réellement ? Après vous être posé ces questions, vous pouvez d’ailleurs créer un vision board pour vous aider à faire le point sur vos objectifs et sur les idées inspirantes que vous avez pu trouver.
  • Prenez du temps pour vous, pour dormir, paresser, lire, dessiner, danser… Même s’il s’agit de quelques minutes par semaine, essayez de vous octroyer ce petit moment de plaisir où vous ne pensez qu’à vous.
  • Embrassez votre pouvoir créatif en mettant en avant vos qualités et dons naturels.
  • Aimez-vous et acceptez vos erreurs : même si certaines expériences ont été douloureuses, vous ne seriez pas qui vous êtes sans elles et la prise de conscience qu’elles ont pu entraîner ne peut que vous faire grandir.

Quelques ressources pour continuer à explorer cette notion de féminin sacré

Cet article n’était qu’une petite introduction à l’univers du féminin sacré. De nombreux podcasts, blogs, livres pourraient vous permettre d’explorer cette notion de féminin sacré :

Le livre La puissance du féminin de Camille Sfez vous parlera sans dogmatisme et avec beaucoup de bienveillance d’expériences de femmes. L’autrice cherche à réconcilier les femmes avec leurs corps et partage de nombreux récits et questionnements qui peuvent parcourir la vie de femmes (les cycles menstruels, la grossesse, la fausse couche, le viol, la ménopause…).

Le livre Sorcières, la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet. Dans ce brillant essai sociologique, Mona Chollet associe « femmes » et « sorcières ». Avec son trait ironique et intelligent, l’autrice démontre la pertinence de ce parallèle. Elle parle des femmes célibataires, de celles qui ne veulent pas d’enfants, du regard posé sur les vieilles femmes, de la ménopause, du rapport de la femme avec la médecine…

Avec cet ouvrage, Mona Chollet règle ses comptes avec toutes les persécutions qui fragilisent encore les femmes et les filles du monde.