AVIS SUR LA CULOTTE MENSTRUELLE BLOOMING, PAR B.

Si nous sommes unies.unis par les menstruations,  les routines règles sont bien différentes d'une personne à l'autre. Comment vivent-elles leur routine menstruelle depuis la culotte Blooming ? Comment c'était avant ? Maintenant ? 

Nous avons rencontré B*. qui nous a parlé de sa routine menstruelle.

Nous l'avons aussi interviewée sur le souvenir de ses premières règles. 

Elle partage aussi son expérience Blooming : les culottes menstruelles ont littéralement changé ses règle.

 

As-tu une expression quand tu parles de tes règles ?

Alors pas du tout. Je trouve que donner une expression pour parler de ses règles, c’est totalement ridicule et je déteste cela. Donner une expression, c’est perpétuer le tabou des règles. Pourquoi ne pas oser dire que nous avons nos règles ? Dire “J’ai mes ragnanas” j’ai toujours trouvé cela pathétique. Donc je dis fièrement : J'AI MES RÈGLES :-) !

 

Te souviens-tu de tes premières règles ? 

Oui, je me souviens de mes premières règles, c’était, il y a très longtemps déjà. C’était dans un train entre Toulouse et l’Italie avec ma mère et son copain. Je me sentais plutôt heureuse et impatiente, car j’ai eu mes règles vers 16 ans. J'étais donc plutôt soulagée et super contente (rires). Bon quand je les ai eues, ce n'était pas une grande fête familiale non plus (rires). Mais j’ai été élevée dans une famille hyper féministe et les règles, c’était une chose normale. Chez moi, on ne fêtait pas “l’arrivée dans le monde des femmes” comme dans d’autres familles. 

 

As-tu eu une “éducation menstruelle” ? Parliez-vous beaucoup des règles à la maison  ? 

Oui, on parlait beaucoup des règles à la maison sans aucun tabou. Je suis née après les années 1968 dans cette vraie libération de la parole. Donc j’ai toujours su ce qu’étaient les règles, quand ça allait arriver et tout ça, sans aucun tabou ni gêne. 

 

Quels conseils aurais-tu à donner aux jeunes filles à ce sujet ? 

J'ai l'impression qu'aujourd'hui en France, le tabou des règles est en train de bouger et de s’effacer. Mais je dirais d’abord qu’il faut assumer ses règles. De ne pas trouver cela ni sale, ni honteux ou ni culpabilisant. Tout simplement l’assumer comme n’importe quel événement dans la vie de son propre corps. 

 

Comment pouvons nous briser ce tabou des règles ? 

Je pense qu’on brisera le tabou des règles en parlant. Je suis une maman d’un petit garçon de 10 ans. Il sait très bien ce que sont les règles. Il n’a aucune gêne à en parler. C’est comme ça. En parlant de façon très naturelle des règles. Bon, on ne va pas en parler toute la journée (rires) mais le principal, c’est d’en parler sans aucun tabou. C’est la parole qui libère du tabou. 

 

Que privilégies-tu dans une protection ? 

Ce que je privilégie dans une protection périodique, c’est qu’elle ne soit pas nocive. Pendant près d'une dizaine d’années, j'ai eu des serviettes lavables. les tampons ? J'ai arrêté il y a très longtemps de cela. Il y a 15 ans, je me suis réveillée un matin et je me suis demandé ce que j’étais en train de me mettre dans mon vagin. Lorsque nous pensons aux produits chimiques, c’est quand même assez dégoûtant. Un matin, j’ai donc stoppé net les tampons, puis j’ai suivi avec des serviettes jetables, mais je sentais toujours ces odeurs de lessive et de “saveurs lavande” qui m'incommodaient fortement. Progressivement, j’en suis arrivée aux serviettes lavables. Lorsque j’ai pris connaissance de vos produits j’ai tout de suite adhéré aux culottes menstruelles. :-)

Je dirais donc que la première des choses qui est importante pour moi, c’est la nocivité du produit. Et je suis également de nature très écolo alors le lavable j'approuve totalement. 

 

Quelle était ta routine règles avant Blooming ? 

Avant Blooming, ma routine règles c’était les serviettes lavables.

 

Qu’est-ce que cela change d’utiliser une culotte menstruelle ? 

Hormis les douleurs, je n’ai plus du tout conscience d’avoir mes règles avec les culottes. Il n'y a rien de plus simple :  on enfile une culotte le matin et hop, on commence sa journée, c’est tout ! Pour ma part, je la porte toute seule, je n’ai pas besoin de complément. Mais j’imagine que cela dépend des flux de chacune. 

 

Souffres-tu du syndrome prémenstruel ?  De douleurs ? 

 Absolument, je souffre du syndrome pré-menstruel. 

Je suis plutôt fatiguée et j’ai des douleurs très intenses depuis toujours. Après des années de douleurs… J’ai compris dix ans plus tard que c’était de l’endométriose...  

 

As tu des méthodes particulières pour t'en soulager ? 

Je n’ai aucune astuce de grand-mère. Je prends mon mal en patience et à  la limite je prends un anti-inflammatoire mais c’est tout (rires) 

 

Tes journées sont-elles impactées par les règles ?
Mes journées ne sont pas du tout impactées par mes règles et je pense que c’est une histoire d’éducation, mais pour ma part cela ne change rien. 
 
Comment parlerais-tu des culottes menstruelles à ton entourage ? 
J’en parlerais comme une sacrée révolution de ses culottes menstruelles. Elles me font oublier ma routine menstruelle mais surtout les moments angoissant lorsqu'on a oublié ses tampons à la maison !  On se lève le matin, on met sa culotte et puis basta ! Ensuite on l’enlève le soir et on en met une autre. Tout simplement. En tout cas j'en parlerais comme un sous-vêtement qui nous permet d’oublier que nous avons nos règles. Pour ma part, j’ai recommandé ses culottes à plein de copines, car elles sont vraiment super ! 
 

Un dernier mot ? 

Je me suis toujours demandée pourquoi ses culottes n’existent-elles pas depuis plus longtemps. Ma mère, qui est née dans les années 1950, me racontait tout ce processus des serviettes embarrassantes que l’on accrochait à la ceinture.. Je ne comprends pas pourquoi on n’y a pas pensé plus tôt. En tous cas, je suis heureuse de pouvoir vivre cette révolution. 


Merci B :-) 
LIEN
Le magazine  Elite Daily</a> a créé une petite histoire des protections hygiéniques toute en images.
* Nos clientes ont préféré rester anonyme