Pertes avant les règles : tout savoir sur les pertes vaginales

Pas de vie intime sans pertes vaginales ! Avant les règles, mais aussi tout au long du cycle, elles apparaissent dès l’âge de la puberté et vous accompagnent toute votre vie. Y compris pendant et après la ménopause. Les pertes blanches, liquide filaire inodore, translucide ou blanchâtre, qui s’écoule du vagin, sont aussi appelées leucorrhées ou glaire cervicale.

Tout à fait communes et partie intégrante du fonctionnement intime de la femme, elles rythment notre activité physiologique. Parfois un peu gênantes, il est possible au quotidien d’utiliser une culotte menstruelle, tout aussi jolie qu’une culotte classique, mais enrichie d’une précieuse fonction absorbante. Elles sont le plus souvent normales, mais bien les connaître permet de constater une évolution anormale annonciatrice de pathologie éventuelle. Voici comment les « lire ».

La glaire cervicale

Les femmes constatent des pertes dans leur culotte tout au long du cycle menstruel. Au cours des différentes phases du cycle, notre activité hormonale varie. Beaucoup d’œstrogènes dans la première partie, auxquels s’ajoute de la progestérone dans la seconde partie… Toute cette activité cellulaire provoque, au moment de l’ovulation, des sécrétions semblables à du blanc d’œuf appelées : glaire cervicale.

Cette glaire cervicale contribue à maintenir notre flore vaginale en bonne santé en évacuant les cellules mortes et les germes pouvant devenir pathogènes. Elle a également un rôle de lubrificateur de vagin, favorisant la pénétration lors des rapports sexuels et la circulation des spermatozoïdes en cas de désir de grossesse. Elle est donc notre alliée 🙏.

Tout au long du cycle, ou en cas de grossesse, ou encore si une infection vaginale survient, la texture de ces sécrétions, leur couleur, leur odeur se voient modifiées.

L’intensité du flux de ces pertes varie d’une femme à l’autre. Au fur et à mesure du cycle, les pertes qui précèdent les règles peuvent devenir plus épaisses, plus abondantes, ou les deux. Rien de plus normal 😏. Ou encore si une infection vaginale survient, leur texture, leur couleur, leur odeur se voient modifiées.

N’hésitez pas, si vous vous ressentez de l’inconfort, à utiliser en ce cas un protège-slip ou une culotte menstruelle en coton.

Le point sur les pertes brunes

Juste avant ou après les règles, il est possible d’avoir des pertes rosées ou brunes. Ces pertes rosées ou brunes peuvent également survenir au moment de l’ovulation. Pas de panique, cette couleur est due à ce qu’on appelle du vieux sang, qui a séjourné quelque temps dans le vagin avant d’être évacué.

Ces pertes brunes surviennent généralement :

  • Chez les femmes qui portent un stérilet en cuivre.
  • Lors d’un changement de pilule.
    • Les femmes dotées d’un stérilet à la progestérone ont souvent des règles si peu abondantes qu’elles s'apparentent à des pertes rosées ou brunes.

    À noter que si ces pertes rosées ou brunes sont malodorantes ou s’accompagnent de douleurs au niveau de la vulve, ou pelviennes, il faut consulter un gynécologue, car elles peuvent signifier une infection ou une pathologie intra-utérine, voire d’une grossesse extra-utérine.

    Grossesse : des pertes différentes ?

    Chaque femme est différente, et le contenu de sa culotte aussi. Ainsi, de même qu’il est courant d’avoir des pertes (blanches ou brunes), avant les règles, il est tout à fait commun de constater une abondance accrue de pertes blanches, plutôt liquides et laiteuses, environ trois semaines après la fécondation.

    Mais attention, cela peut constituer un symptôme de grossesse parmi d’autres, mais n’est en rien une règle d’or ni une preuve tangible que vous êtes enceinte !

    Comment décrypter des pertes « anormales » ?

    Vous constatez des pertes inhabituelles par rapport à vos cycles : survenue à un moment différent d’habitude, surabondance, consistance particulièrement visqueuse, couleur étrange tirant vers le jaune, le vert ou le brun, odeur désagréable ? Ces symptômes s’accompagnent de douleurs et/ou de démangeaisons ? N’hésitez pas à consulter votre gynécologue.

    En effet, des pertes vaginales anormales peuvent être le signe de diverses pathologies :

    • Vaginose
    • Mycose
    • Inflammation du col de l’utérus
    • Pathologie intra-utérine : polype, kyste ovarien, fibrome utérin
    • Infection sexuellement transmissible (chlamydiose, trichomonase)
    • Vaginose bactérienne

    Bien connaître son corps pour bien « lire » ses pertes

    Savoir ”lire” les pertes qui surviennent dans notre culotte, que ce soient des pertes avant les règles, mais aussi tout au long du cycle ou en cas de grossesse, va vous permettre soit de vous rassurer, soit de vous encourager à consulter. Car n'oubliez pas que bien connaître son corps, être à l’écoute des signes qu’il vous envoie, est primordial 👍.